EnglishFrançais
Visit Oran Actualité
Le Consulat de France à Oran rouvrira ses portes le 2 septembre
Publié: 07/06/2007
L’un des obstacles à une refondation des relations entre Alger et Paris a trait à la libre circulation des personnes et des biens...

Le Consulat de France à Oran rouvrira ses portes le 2 septembre
L’un des obstacles à une refondation des relations entre Alger et Paris a trait à la libre circulati
Sur ce plan, un mieux est constaté notamment après les promesses -qui sont en train d’être tenues- délivrées par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, lors de son passage à Alger le 13 novembre 2006. La première barrière levée a été celle de la suppression de la consultation préalable des autres Etats de l’espace Schengen à la délivrance d’un visa. Cette consultation, qualifiée de « discriminatoire » par les autorités algériennes, puisqu’elle ne s’applique ni à la Tunisie ni au Maroc, instaurait un délai supplémentaire pour l’examen des dossiers.

Dans les faits, un Algérien devait attendre entre 15 jours et 21 jours, voire beaucoup plus alors qu’avec la suppression de la mesure, le délai d’attente devrait nettement diminuer. Cette volonté d’aller vers une meilleure prise en charge des relations bilatérales entre l’Algérie et la France a été réaffirmée, hier, par l’ambassadeur de France en Algérie, M. Bernard Bajolet, qui a affirmé, en marge de la clôture des travaux de la session ordinaire du Haut conseil universitaire et de recherche algéro-français, que l’Algérie sera « une des priorités » de la diplomatie française.

Une affirmation qui tombe à point nommé puisque, depuis la nomination de Bernard Kouchner à la tête de la diplomatie, plus d’un observateur avait craint qu’un froid durable allait s’installer entre les deux capitales, eu égard à la réputation de l’actuel ministre français des AE à l’égard de l’Algérie, en particulier, et du monde arabe en général.

Toujours est-il que l’ambassadeur français en Algérie, ayant certainement reçu des signaux clairs depuis Paris, a indiqué que la France allait « proposer un document de partenariat ambitieux entre l’Algérie et la France, dont une nouvelle convention de coopération et un document cadre de partenariat ». Cette nouvelle convention de coopération portera sur 10 autres années et sera « beaucoup plus ambitieuse que celle qui avait été conclue en 1986 ». « Cette nouvelle convention définit le cadre institutionnel et les domaines de coopération qui englobent, non seulement la coopération culturelle, scientifique et technique, mais aussi la coopération économique et financière », a-t-il encore ajouté.

Mais le fait qui intéresse certainement le plus le citoyen est lié à cette déclaration du représentant de l’Etat français dans notre pays au sujet des visas d’entrée dans l’espace Schengen. En effet, M. Bajolet a annoncé que les autorités françaises ont décidé d’augmenter le nombre de visas de circulation ayant pour validité plus d’un an et de réduire les délais de délivrance à moins d’une semaine. « Nous allons augmenter les visas de circulation pour toutes les personnes qui participent à la relation franco-algérienne, pas seulement pour les hommes d’affaires, mais aussi et notamment pour les universitaires et les journalistes », a-t-il souligné. Une promesse faite - et concrétisée entre-temps, on s’en souvient, par Nicolas Sarkozy en novembre dernier à Alger.

L’ambassadeur français a indiqué, dans ce contexte, que 122.000 visas ont été délivrés en 2006, dont 34.000 visas de circulation. Sur un autre chapitre, M. Bajolet fera une autre annonce qui plaira certainement à tous les Oraniens, las de rallier la capitale pour obtenir le fameux sésame pour l’Europe. L’ambassadeur français a indiqué que le Consulat général de France à Oran ouvrira ses portes le 2 septembre prochain.

D’autre part, sur le chapitre des lectures à faire, ces annonces sont-elles le prélude à la préparation prochaine d’une visite du nouveau chef d’Etat français en Algérie, comme l’a laissé entendre un quotidien national dernièrement?

Possible dans la mesure où Nicolas Sarkozy affiche nettement sa volonté d’asseoir son projet d’Union méditerranéenne pour repositionner la France dans cet espace. Sa déclaration, juste après son élection, ne laisse aucun doute sur ses intentions. Un projet qui, notons-le, a déjà reçu l’assentiment de Madrid et d’Alger.
Par Farida Kadache
Sources: Voix de L’Oranie
6461 Vus
 

Visit Oran n'est pas responsable du contenu de sites externes
Add To Favorites Make This My Homepage
Visit Oran Actualité | Le Consulat de France à Oran rouvrira ses portes le 2 septembre